Radio
Fandraisana Fizarana L'importance de la langue malgache pour les malgaches

L'importance de la langue malgache pour les malgaches

 

J'ai longtemps eu du mal à accepter le fait que je ne parle pas ma langue maternelle couramment. Cela m'a suivi pendant toute ma jeunesse marquée par mes activités chrétiennes au sein de l’Eglise FPMA, mais aussi lors de toutes ces années passées en Norvège. Comme je l'ai écrit dans mon précédent article, les norvégiens ont peu de respect pour les étrangers qui ne connaissent ni leur propre culture, ni leur propre langue. De plus, ma belle famille a toujours été pour la préservation du malgache au sein du foyer et de la famille, malgré le fait qu'ils vivent en Norvège. Ils maîtrisent donc tous le malgache. C'est aussi grâce à eux et à mon mari que mes enfants ont pu évoluer en malgache. Car s'ils n'avaient que moi,  leur malgache aurait été très restreint.

Je sais que pour moi, le fait d'avoir déménagé en Norvège est la volonté de Dieu. L'apprentissage du malgache était incontournable et il a dû se faire en même temps que l'apprentissage du norvégien.  Je n'ai jamais ressenti le désir de faire de longues discussions dans ma langue maternelle. Mais j'ai ressenti le besoin de pouvoir communiquer à mes enfants le plus riche héritage que mon pays m'a donné, sa magnifique langue. Mis à part les valeurs culturelles et l'histoire, elle reste le trésor le plus riche.

Vient alors le jour où je fus mère. Alors, je me suis décidée de ne pas parler français avec mes enfants. Je me suis refusée de leur transmettre cette langue, car je savais pertinemment qu'ils apprendraient le français lors de nos nombreux voyages en France et en deuxième langue vivante en classe de 6ème. Le malgache était et reste l'une de mes principales préoccupations. Ils ont commencé l'école maternelle en ne connaissant que le malgache. C'est l'école qui leur a appris le norvégien. Et aujourd'hui, ils n'ont aucune lacune en norvégien.

La société  où je vis actuellement a une grande compréhension pour l'apprentissage des langues. L'anglais est obligatoire à partir du CP, en plus du norvégien. Mais ce qui me surprend  est le fait que cette société s'investisse pour que mes enfants et les enfants des autres étrangers préservent leur langue. En effet, à partir du CP, l'état offre a chaque élève d'origine étrangère des cours de langue maternelle. Pourquoi? Pourquoi ces personnes qui ne connaissent ni mon pays ni ma langue souhaitent que nos enfants connaissent leurs racines ? Les enfants étrangers ont la possibilité de recevoir un enseignement de la langue maternelle à travers le système linguistique scolaire. La société norvégienne pense que c'est à travers la langue maternelle que l'enfant fait connaissance avec sa culture et les traditions de son pays d'origine. L'enfant reçoit l'héritage de sa culture qui contribue à la construction de son identité. Si la société ou les parents aidait à la préservation de la langue maternelle, cela renforcerait l'identité de l'enfant et l'aiderait à mieux s'adapter dans la société norvégienne.

J'aurais bien voulu savoir parler le malgache depuis mon plus jeune âge. J'ai mis du temps à l'accepter. Mais aujourd'hui je l’accepte car si Dieu a choisi ce chemin pour moi, c'est que c’est le mieux pour moi. Mais cela ne signifie pas que je ne dois pas remédier à mon problème de langue. La solution est simple : il faut que j'apprenne le malgache.

Nous avons un couple d'amis dont la femme est malgache et le mari norvégien. Ils ont deux enfants, une fille de cinq ans et un garçon de trois ans. Ils m'ont émerveillée car tous les 4 parlent malgaches. Et là, ça m'a fait réfléchir. Il faut que je me "malgachise" plus. Un homme norvégien de souche s'est malgachisé, alors pourquoi pas moi ?  Je trouve ça formidable qu'ils communiquent tous en malgache entre eux et avec nous. Chose qui  n'est pas commune aux couples mixtes français/malgaches, malheureusement. Car cet homme norvégien aurait pu laisser à sa femme l'apprentissage de sa langue maternelle à leurs enfants. Mais au lieu d'être spectateur, il a décidé d'être participant.

Lors de notre dernier séjour en France, ma famille et moi sommes allés à l’Eglise FPMA Toulouse, un beau dimanche. Après le culte, notre fils de 7 ans à l'époque,  m'a dit : "Maman ! C’est merveilleux ! Je comprends tout ce que le pasteur a dit et je peux chanter les chansons et je connais les prières et et et et..." Bref, il était fou de joie. Et ça m'a émue. J'aurais aimé pu dire la même chose à cet âge là. Mais ce ne fût jamais le cas.

Nous avons été à Madagascar deux fois depuis que nous avons fondé notre famille. Les enfants sont tombés amoureux de notre magnifique pays. La nature, la culture, la nourriture et la famille ont été des points essentiels de notre voyage. Lors de notre premier séjour, ils ont dit: "Maman ! Ici les malgaches parlent malgaches pas comme en France." Je ne savais pas quoi répondre à cela. ça m'a tout simplement coupée le souffle. Pas plus tard qu'hier, mon fils Tahina m'a dit: "Madagascar me manque !" Il a aujourd'hui 8 ans. Je ne me souviens pas avoir eu la même impression de Madagascar dans mon jeune âge. J'avais 11 ans lors de notre premier voyage en famille à Madagascar. Malgré le fait d'avoir adoré notre séjour, être avec la famille et découvrir notre pays, j'ai tout de même pu constater le choc de deux cultures : la culture malgache francisée et la culture malgache. Mes enfants se sont sentis chez eux dès qu'ils ont mis les pieds sur le sol malgache, chose que je n'ai malheureusement pas pu ressentir avant l'âge adulte.

Pourquoi ce sujet me tient-il a cœur ? Tout simplement parce que je voudrais influencer toutes ces personnes qui ont tendance à ne communiquer qu'en français avec leurs enfants, alors qu'elles même parlent couramment le malgache. Parce que tous ces jeunes et ces enfants vont grandir un jour et s'ils n'apprennent pas le malgache maintenant, nous serons condamnés à avoir des églises malgaches ou des associations malgaches dirigées par des malgaches francisés.

Les seuls qui peuvent changer les choses, ce sont toi et moi, et pas demain ou après-demain, mais aujourd'hui, maintenant. Car si Dieu t'a fait malgache, c'est qu'Il a de bonnes raisons. Fais-lui honneur. Respecte le pays d'origine qu'Il t'a donné et fais grandir en toi cette fierté d'être une œuvre merveilleuse du Seigneur, 100% malgache.

Je soutiens le fait que le plus important pour un chrétien de l'Eglise malgache, c’est la foi. Auparavant je n'étais pas d'accord lorsque certains affirmaient qu'un chrétien malgache doit pouvoir du moins comprendre sa langue maternelle si ce n'est la parler. J'étais convaincue que ma foi était suffisante.

Mais regardez-moi, je suis un résultat de mon manque d'intérêt pour ma langue maternelle. On ne reste pas jeune toute sa vie. Un jour, on devient parent. En tant que parent, on a une responsabilité envers sa progéniture : communiquer les valeurs de ses origines. ça ne vous ferait pas plaisir de voir vos enfants à l'aise "chez eux", dans leur pays d'origine ?

J'aime la France de tout mon coeur et je suis reconnaissante de tout ce qu'elle a apporté à notre pays et à notre peuple qui y a immigré. Mais après toutes ces années "dodo", je me refuse à être 100% française. Je suis malgache, par mon sang, par ma couleur de peau, par ma culture, par mes traditions et par mes valeurs. Et j'espère un jour pouvoir dire que je suis malgache par ma langue.

J'ai récemment appris que l’Eglise FPMA Toulouse a, parmi ses nombreuses activités, des cours de malgache. La cible première est bien sur les jeunes. Je trouve cela vraiment génial. C'est bien d'offrir aux jeunes une alternative plus concrète que des oreillettes dans les oreilles pendant le culte.  Maintenant que le groupe qui prend des cours de malgache va bientôt pouvoir parler et comprendre le malgache, pourquoi ne pas introduire le malgache aux enfants ? Car l'histoire ne fera que se répéter si l'on ne resoud pas le problème à la racine. C'est au plus jeune âge que l'on assimile le mieux les langues. Alors, pourquoi pas un cours de malgache pour les enfants une à deux fois par mois avec plusieurs niveaux ? Vous me direz que ce n'est pas la responsabilité primaire de l'église mais celle des parents. Je suis à la base d'accord, mais l'église s'appelle l'église protestante malgache et se doit donc de s'assurer que tous les membres de la paroisse a accès au déroulement du culte. Il faut changer notre façon de penser. Il faut faire bouger la communauté malgache : les associations, les églises, les jeunes, les enfants et surtout les parents. Le changement n'aura d'effet que s'il opère dans tous les sens et que si tout le monde y donne du sien. Si nous ne le faisons pas pour nous, nous nous devons de le faire pour notre progéniture et nos descendants.

C'est fatiguant, dur et lourd, mais le résultat est tellement grand que ça vaut la peine de s’y investir. Prions pour que nous fassions plus d'efforts pour intégrer notre langue maternelle dans l'éducation de nos enfants.

Faisons leur un cadeau qu'ils garderont toute leur vie. Apprenons-leur le malgache ! Je peux vous garantir qu'ils vous remercieront à l’âge adulte.

De ces mots je vous quitte et bon courage. N'oubliez pas que l'on peut construire de grandes choses avec Dieu à nos côtés.

 

Fitiavana Andrianaivoravelona

 

Mis à jour (Vendredi, 30 Septembre 2011 21:14)

 
Vaovao tselatra

Toriteny vaovao

"Ny fiantran'Andriamanitra"

azonao vakiana ao amin'ny

"Fivavahana"

=================

 

"Miaina amin'ny maha-kristiana ao amin'izao tontolo izao iainantsika ankehitriny"

Fizarana vaovao

azonao tsidihina ao amin'ny

"Fivavahana"

"Fizarana"

=================

 

"Vaovao eto amin'ny "anathoth"

"Fampaherezana"

"ao amin'ny Fivavahana"

Raki-tSoratra Masina natao hanampy anao hanao tsianjery sy hifikitra amin'ny Tenin'Andriamanitra

=================

 

Karaoké vaovao maro

miandry anao ao amin'ny

"Hira sy Mozika"

=================

 

"Fanazavana mikasika ny fanompoampivavahana sy ny litorjy"

napetraka ao amin'ny

"Fivavahana"

"Litorjy"

==================